Une tranquille mission en freelance (suite)

Aller en bas

Une tranquille mission en freelance (suite)

Message  Zigfried Zurcouf le Mar 11 Aoû - 12:07

Précédemment : http://sorabe.forumgratuit.org/t106-une-tranquille-mission-en-freelance

La brunehilde voguait en mer de Saraland depuis le petit matin, le cap plein sud sur Avaricum. Les détroit Oriontaux-Yrusalemotain avait été franchi sans coup férir au niveau de Doratos, à croire que la présence d'un navire pirate ne les importunait que peu. Zurcouf considéra la chose avec optimisme, pour l'instant rien ne semblait éveiller le moindre soupçon de ce qu'il avait en tête. Ce qui était parfait. Il avait donné pour ordre de renforcer la surveillance radar et de l'avertir dés qu'un navire turcose passerait à portée. Ce n'était qu'une question d'heure. Même si les avarois avaient repris la quasi-totalité de la péninsule, il restait ça et là quelques poche de résistance sur le littoral nord, aidé en cela par des navires turcoses suffisamment rapide pour échapper à la flotte avaroise. Mais trop lent et surtout trop faible pour tenir le coup face à un navire sorabe.

Profitant de la chose, Zurcouf avait convoqué une réunion au mess des officiers. Tout ses lieutenants étaient là, même Zypolys, qui se gardait bien d'avoir l'air intéressé par ce que le capitaine avait à dire.


« J'ai donné l'ordre, depuis que nous voguons dans les mers du sud, de traquer le premier navire turcose qui passe dans le coin. Je vais donner d'autres consignes pour quand nous aurons notre cible.

D'abord, je veux garder le navire intact, donc limiter autant que possible les tirs à l'artillerie. Nous allons procéder à un abordage classique. Et passer tout l'équipage au fil de l'épée. Aucun survivant. Ensuite, même si ils seront en assez mauvais état, je veux que nous récupérions tout les habits turcoses présent à bord, un maximum. Comme je suppose que vous êtes tous allez malin, tout le monde sera mis à contribution pour remettre les habits en état, ainsi que les rendre propres.

Zypolys leva la main.

-Lieutenante ?

-Vous préparez un bal costumé pour notre retour capitaine ?

-Hum, non et oui. Ça fait partit de la mission.

-Mais capitaine, vous voulez faire une razzia sur les côtes avaroise habillé en turcose ? Demanda Sauvigni sans demander la parole.

-Non. Lorsque nous serons arrivé à destination, vous comprendrez tout.

Le haut-parleur de l'interphone grésilla, et une noix nasillarde résonna dans la pièce.

-Le capitaine est demandé sur la passerelle, le capitaine sur la passerelle.

-Quand on parle du loup. Gardez mes consignes dans un coin de la tête. »

Le capitaine quitta ses hommes, gagna la passerelle et alla s'asseoir sur son siège de commandement.

« Alors ?

-Navire repéré à trente milles de notre position par bâbord, quart sud-est, vitesse estimé à douze nœuds.

-Il est identifié ?

-Non, il faudra une identification visuelle pour ça et se rapprocher d'au moins quinze milles.

-On l'aura rattrapé d'ici dix minutes qui grimpe en haut avec la lunette ? »

Ce fut l'aspirant Berg, chef de pont sur le navire qui fut désigné pour aller grimpé en haut du mat d'antenne avec l'énorme tube dans le dos. Une lunette astronomique récupéré dans une épave et remis en état. Le machin pesait bien dans les vingt kilos mais il portait loin et portait la griffe d'un célèbre opticien zollernois. Zurcouf attendait au pied du mat.

« Alors Berg ! Ça donne quoi ?

-Je vois rien ! C'est encore trop petit vue d'ici. Il me faudrait le multiplicateur de focale qui va avec le télescope.

-Un quoi ?

-Dans la caisse du machin, le petit tube qui se visse devant le viseur !

-Bordel, ne me dites pas que je vais devoir grimper pour vous le donner !

-Ça dépend si vous êtes pressé ou si vous êtes patient capitaine !

-Rah. »

Zurcouf regarda dans la caisse, sous l’œil amusé du lieutenant Zypolys.

-x1.4 Lenz Extanzer, Karl Zeizz, Zotterdam.

-C'est ça ! Grimpez.

-Oh bon sang. »

Zurcouf grimpa tant bien que mal, l'escalade ce n'était pas son truc. Arrivé en haut la promiscuité s'avéra dérangeante.

« Tenez et ne vous poussez pas trop surtout j'ai un pied dans le vide.

-Ah, j'aimerai bien vous y voir, moi je suis assis sur la rambarde les fesses sur le vide, ne vous plaignez pas trop.

-Bon vissez moi ça qu'on en finisse.

Clic.

-Alors... Ah ben voilà là je les vois bien.

-Et alors ?

-Ça court dans tout les sens sur le pont, c'est habillé n'importe comment.

-Turban ou fez ?

-Les deux mon capitaine. Ce doit être le navire que vous cherchez.

-Parfait ! Zypolys !

-Capitaine ?

-Plein gaz sur les bougnoules ! Et souvenez vous des consignes !

Et brandissant son sabre en manquant de déséquilibrer Berg et de le faire tomber, Zurcouf indiqua la direction à prendre.
avatar
Zigfried Zurcouf

Messages : 25
Date d'inscription : 02/06/2014
Age : 27

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Une tranquille mission en freelance (suite)

Message  Zigfried Zurcouf le Mer 12 Aoû - 13:01

Deux marins étaient chargés de jeter les corps sans vie dans la mer, tandis que les autres avaient reçu ordre de défroquer chaque turcoses. Près de cents-vingt d'entre eux sont morts durant l'abordage les autres, survivant qui s'étaient rendue furent tué d'une balle dans la tête, on avait besoins de leurs frocs, pas de leurs vie, fussent-elles plus précieuse.

Zurcouf tout naturellement c'était réservé la tunique du capitaine turcose, ses lieutenants se partageaient les habits des lieutenants turcoses. Une belle journée doublé d'un échauffement fort sympathique. Les turcoses n'ont jamais été très malin il faut dire. Seulement trois morts coté sorabe.


« Et maintenant capitaine, vous comptez faire quoi ? Demanda Zypolys, toujours pas convaincue par l'étrange mission que c'était donné son capitaine.

-Suivez moi.

Regagnant la Brunehilde, ils descendirent tout les deux dans la salles des machines, administré par Ahmed, le chef-machiniste, qui est turcose.

-Ahmed !

-Ouais ?

-J'ai une mission pour vous.

-Remettre en état la turbine bâbord qui a cassé car vous avez forcé le navire à aller plus vite qu'il ne faut ?

-Non ça gardez le à vos hommes, un travail de l'esprit voilà ce que j'ai en tête pour vous ?

-Euh...

-Vous êtes turcose.

-Euh oui ?

-Vous parlez excessivement bien turcose ?

-Vue que je suis le seul dans mon genre à bord ça fait quelques temps que j'ai pas causé...

-PAAARFAIT ! Dés demain je veux que vous donnez des cours de turcose à tout l'équipage.

-Gné ?

-Mais oui mais oui, ça fait parti du travail que j'ai en tête pour cette semaine. Vous prendrez disons un groupe de vingt de nos gars et pendant une heure vous leur apprendrez votre langue.

-Mais pourquoi diable devrais-je m'improviser prof ?

-C'est pour ça que je vous paie.

-Ah ben elle est bonne celle-là !

-Une heure de cours intensif à vingt, vous aurez le droit de mettre des coups de clefs à molette pour inculquer les notions de bases plus vite si il le faut. Je veux que mes flibustiers puissent m'obéir à moi ou a mes subalternes en turcose d'ici demain soir, compris ?

-J'ai pas trop le choix on dirait.

-C'est exact, faites bien votre travail et il y aura de l'avancement. »

Zurcouf quitta la salle des machines laissant son machiniste encore abasourdi parce qu'il venait d'entendre. Zypolys était encore plus contrarié car ça ne lui en disait pas plus que ce qu'elle sait déjà à propos des intentions du capitaine. C'est à dire rien.

« Capitaine ça commence à bien faire, ou voulez vous que nous soyons d'ici demain soir pour donner pareil ordre à cette hurluberlue ?

-En début de soirée nous gagnerons le Golfe de Jade puis nous longerons Nadür par le sud pour la nuit. Une fois en Mer de Taurus, nous ferons cap sur le Conivao.

-Pourquoi le Conivao ?

-Et pourquoi pas ?

La femme eut un dé-clique, elle commença à se douter de quelque chose.

-Ce n'est pas notre véritable destination ?

-En effet, et votre perspicacité comment seulement à se réveiller.

-Si Pearl apprend ça...

-Il n'en saura rien, d’où les habits turcoses, mais ça, ce n'est que la partie émergé de l'eizberg.

-Je crois que je ne veux rien savoir de la partie immergé.

-Et je crois que vous mourrez d'envie de tout savoir. »

Zypolys le regarda d'un mauvais œil et s'éloigna sans demander son reste. Zurcouf était plutôt content, même si il se méfiait un peu de son lieutenant. Il alla trouver l'officier-radio et lui donna ordre d'empêcher la lieutenante de communiquer avec Sorabe, avec une femme, on est jamais trop prudent.
avatar
Zigfried Zurcouf

Messages : 25
Date d'inscription : 02/06/2014
Age : 27

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum