La Principauté de Sorabe dans la tempête

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

La Principauté de Sorabe dans la tempête

Message  Dioclétien Marillon le Ven 30 Nov - 20:56

La petite troupe qui remontait de Port-Princier vers le Palais Mitau avait fière allure avec ses représentants syistes à sa tête ; emmenée par les soldats sorabes, on eut dit des gardiens conduisant des prisonniers jusqu’à leur prison. De part et d’autre des rues prises pour rejoindre la demeure princière, on voyait des volets qui s’ouvraient à moitié et des faces cachées dans la pénombre qui jaugeaient du regard le petit groupe qui avançait à pas rapides. Au milieu des déguenillés, les cinq religieux faisaient impression. Non pas qu’ils avaient un port altier et paraissaient plus nobles mais que leur accoutrement rappelait vaguement d’anciens missionnaires qui tentèrent vainement d’imposer les Notes de Saint-Sevan parmi la population.

À dire vrai, il semblait que les édifices religieux bâtis pour la plupart sous l’occupation belondaure, ne servaient plus qu’à sonner le tocsin, comme c’était le cas de temps à autre depuis que l’Alstyon avait accosté. On entendait au loin, par-delà la clameur des marins dans la rade du port, le son des vieilles cloches dont la patine n’avait pas eu le temps de se faire tant leur emploi ne semblait avoir été réservé qu’à de rares occasions. Le cheminement du groupe détendait l’Archimandrite qui retrouvait dans la façon de faire de ces soldats l’absence de rigueur que l’on prêtait aux pirates mais qui existait lorsque les navires portaient à l'abordage. Cette troupe armée était sûrement composée d’une majorité de vaut-rien mais l’effet de groupe lui donnait une certaine contenance. Quant à Dioclétien Marillon, s'il ne disait mot, il n’en pensait cependant pas moins. Il savait que sa mission serait difficile à remplir mais ne perdait pas espoir. Lorsqu’il regardait la flèche de la cathédrale – dont il ne connaissait malheureusement pas le nom – il espérait pouvoir y officier à l'avenir et offrir aux sorabes leur libération des chaînes de l’ignorance et de l’infamie… à condition que les coquins qui préféraient la rapinerie, les femmes et l’alcool ne lui mettent pas de bâtons dans les roues. Mais sûrement a milieu de ceux-ci trouverait-il quelques dévots prêts à faire le pari que Dieu existe s’il peut leur permettre d’éviter d’être engloutis par leur maîtresse, qui pouvait se montrer aussi douce que fiévreuse.
avatar
Dioclétien Marillon

Messages : 9
Date d'inscription : 26/11/2012
Age : 60
Localisation : Elbêröhnit / Lusance

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Principauté de Sorabe dans la tempête

Message  Frédéric Ier de Lusance le Sam 1 Déc - 16:28

Diodore de Belice, commandant de l'escorte s'adressa en ces termes à Dioclétien de Marillon.

- Excellence, remarquez notre cathédrale, elle est belle hein ? J'ai cru toute ma tendre enfance que c'était un pigeonnier à la mode belondaure. Aux recrues, nous disons qu'elle est un poste de guet formidable.

Un soldat se pencha vers le lieutenant. Le visage de ce dernier s'éclaira.

- Excellence, Monsieur l'Archimandrite, j'ai le plaisir de vous annoncer que le retour de Son Altesse princière de Sorabe a été annoncé. Il vous recevra en personne au Palais-Mitau et vous y logera. Ne manquez point de vous incliner trois fois devant lui, et d'énumérer tous ses titres.

Au détour d'une rue, une trentaine de soldats enjoignit le pas à la procession. Simple mesure de précaution assura t-on coté Sorabe.
avatar
Frédéric Ier de Lusance

Messages : 65
Date d'inscription : 01/10/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum