Mariage du Prince-Amiral

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Mariage du Prince-Amiral

Message  Frédéric Ier de Lusance le Mar 5 Fév - 19:54

Frédéric n'avait jamais réussi à se marier. Appolina Paragon avait dédaigneusement ignoré son offre, et aucune bonne famille du Continent Nord n'avait songé unir l'une de ses filles au "grand brigand." La chose était frustrante et importante pour l'avenir de la Sorabe. En qualité de souverain, Frédéric se devait de se donner un descendant.
Tout le monde en Sorabe savait que Frédéric aimait passionnément les femmes. C'était là un caractère national. Le Prince avait eu quantités de maitresse et comptait une dizaine d'enfants illégitimes.
Aujourd'hui, le Prince épousait, faute d'un autre choix, l'une de ses maitresses qui lui avait donné autrefois deux garçons. Cette femme, Éléonore, mère à seize ans et fiancée à trente quatre ans et que le Prince n'avait pas revu depuis une dizaine d'année, était la fille de l'un des Grands Capitaines de l'ile. Aussi, Frédéric ne faisait pas un si mauvais mariage. Si il descendait des frères sorabes et de quelques riches familles belondaures du fait de l'occupation, son arbre généalogique comptait moult catins.
En régularisant cette union, Frédéric se donnait deux héritiers : Charles, l'ainé, âgé de dix-huit ans, appelé donc à régner, et Frédéric, âgé de seize ans.

Le prêtre de la cathédrale Saint-Sigismond, tout dévoué à Frédéric Ier, se devait de régulariser l'union aux yeux de l'Église et des Dieux. En tant que seul prêtre officiant encore à Saint-Sigismond, il se voyait catapulté plus haute autorité morale de l'ile.

Frédéric s'astreint donc au cérémonial. Le mariage n'étant pas complètement entré dans les mœurs de cette ile pécheresse, Frédéric se maria à la sauvette, comme le dernier des matelots de Port-Princier. Pour autant, Éléonore n'en était pas déçu et ne se tenait plus de joie, elle devenait Princesse de Sorabe ! Charles et son frère vivaient eux aussi de beaux moments et faisaient de grands moulinets avec leur épée, tant par enthousiasme que par impatience.

L'on comptait donc pour ce mariage; le prêtre en question, les futurs époux, les deux bâtards et quelques Grands Capitaines. Nulles délégations étrangères n'étaient conviés, il n'y aurait ni bals, ni mondanités !

La cérémonie s'ouvrit. L'on récita un acte de foi pour la forme. Ensuite, le prêtre passa à l'échange des consentements, au placement des alliances et les bénit maladroitement. Enfin, on récita une prière pour bénir le nouveau foyer et une dernière pour la Sorabe, qui fut interrompu par un geste évasif du Prince.

Le héraut d'armes proclama le mariage et le Prince et son épouse radieuse virent saluer la petite foule assemblée devant le Palais Mitau. Les frères s'offrirent un bain de foule, tandis que Frédéric Ier s'offrait sa nuit de noces.

L'avenir de la patrie et la pérennité de la Couronne était assuré !
avatar
Frédéric Ier de Lusance

Messages : 65
Date d'inscription : 01/10/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum