Arrivée de William Z. Pearl

Aller en bas

Arrivée de William Z. Pearl

Message  William Z. Pearl le Ven 8 Fév - 11:03

1/2

"Nous partirons vers un nouveau pays
Ohé ohé ohé
Nous ne craignons ni peine ni roulis
Ohé ohé ohé

Il faut chanter puisque la mer est belle
Il faut chanter puisque nous partirons
Nous voguerons le cap sur le printemps...
Et dans les mats vont chanter nos vingt ans...
Quand l'ouragan balaiera le pont...
Nous maintiendrons bien haut le pavillon...
Et puis un soir mouillant dans le vieux port...
Nous chanterons le dernier chant du bord..."

...

"J’ai trop bourlingué sur de maudits navires
Trop c’est trop, vie de matelot
Sur toutes les mers, j’ai essuyé le pire
Trop c’est trop pour les matelots
J’ai perdu ma jambe et j’ai perdu bien pire
Trop c’est trop pour un matelot
Pour le dessert d’un foutu requin tigre
Chaud c’est chaud pour un matelot 

Whisky, whisky et puis tout va bien
C’est le meilleur des remèdes, pas besoin d’ médecin
Whisky, whisky, jusqu’au petit matin
On repart tête lourde et la bourse en chagrin "

L'équipage était en fête... Cela faisait plus de 2 mois que le navire n'avait pas accosté... Et enfin, le Capitaine avait ordonné de faire cap sur la nouvelle patrie des pirates... Sorabe.

Les hommes buvaient tout ce que le butin contenait comme alcool... Les bras de fer, les concours de fléchettes, la lutte libre... bref, tout ce qui distrayait l'équipage était autorisé en ce jour. Des jeunes femmes ramassées sur les navires, dans les ports et les îles abordés depuis quelques semaines avaient même étaient laissées à la disposition des marins et de leurs bas instincts.

Le Capitaine avait bien sûr passait un peu de temps avec ses hommes, qu'il avait presque tous battu au vidage de gobelet cul sec. Puis il avait également discuté longuement avec le Bosco afin de régler les dernières questions de rémunération des hommes avant le retour à terre. Son Second l'avait incité à inviter pour la nuit cette jeune zindienne fort bien dotée par la nature... et Pearl n'avait pas refusée.

Le navire voguerait toute la nuit et atteindrait Lusance au petit matin.

Vers 2h du matin cependant, le Capitaine fut réveillé par l'officier de quart.


- Capitaine, une petite embarcation avec ces feux de détresse, à 2 nautiques.
Allumez. J'arrive.

Pearl venait de donner l'ordre allumer les lumières, car il était de tradition que son navire vogue de nuit tout feu éteint. Les navigateurs, les manoeuvriers et le Capitaine était des as dans le tracé du parcours et jamais on ne heurterait de hauts-fonds. De plus, la vigie était un parfait nyctalope, voyant en pleine nuit sans lune comme en pleine journée d'été !

Après avoir actionné trois ou quatre levier interrupteur, la lumière inonda le pont du "Souverain volant" qui apparu donc aux yeux de la Nuit. Il s'agissait d'un porte-aéronef, le seul porte-aéronef pirate du micromonde. Il mesurait 222 coudées de long soit 200 mètres environ. Il était mû par 4 turbine à vapeur et 32 chaudières. 700 personnes constituait l'équipage de ce navire pirate ! 25 avions étaient embarqués : 5 monoplaces "chasseurs", 5 biplaces "bombardiers" et 5 hydravions.


...

C'était un véritable Etat flottant et mobile, n'obéissant qu'à la loi de son Capitaine, le célèbre William Zachary Pearl. Il avait écumé aussi bien la Mer des Glaces que celle du Saraland ou de Taurus, abordé des milliers d'embarcation de toute taille, allant du kayak aïnout au croiseur de guerre, en passant par des pétroliers, des yachts de luxe et des bateaux de pêche. Plusieurs îles du micromonde ou des continents coloniaux lointains se souvenait de Pearl et du Souverain... notamment l'île de Zortuga aux Zindes, où le Capitaine et ses hommes avaient régné comme des Rois terrestres pendant quelques mois, saignant à blanc le territoire et le port. A l'occasion, en période de "poisson maigre", Pearl avait accepté des lettres de marque et avait servit comme corsaire pour des petits Etats sans marine mais prêt à payer cher les services d'un porte-avion pirate.

Né sur un navire plénipotentiaire de la flotte du Grand-Duc, d'un père ambassadeur zollernois et d'une mère avaroise, Pearl avait grandit dans le luxe et les voyages à travers le micromonde, jusqu'à la disgrâce de son père suite à un incident diplomatique. Il entreprit néanmoins des étude d'officier de marine et il intégra la flotte zollernoise jusqu'à devenir commandant d'un navire d'exploration Devant le refus par l'Amirauté de nommer ce brillant officier à la tête d'un navire de combat au vu de sa filiation, le jeune commandant pris lui même la tête d'une mutinerie, et c'est ainsi qu'il devint pirate. Il renomma son navire volé "NSAR Zollmeinmeinster" en "Liberté" et commença à écumer les mers. Il recruta à tour de bras et fini par voler un porte-avion le jour de son inauguration dans le port militaire d'une nation qui n'a jamais fait publicité de cette humiliation.


La vie a bord du Souverain volant était fastueuse pour l'ensemble de l'équipage tant les opérations de pirateries étaient autant de succès. Le navire avait ses manoeuvriers, ses machinistes, ses canonniers, ses transmetteurs, ses mécaniciens, ses électriciens, ses cambusiers, ses cuisiniers, ses buandiers, ses sapeurs, ses commandos, ses gardes, ses chirurgiens, ses infirmiers et même ses aumôniers de chaque grande religion du micromonde. Mais ces religions, à bord, n'était que des variantes de la foi des pirates en leur Capitaine, prophète et messie.

...

Pearl traversa une longue coursive et jeta un oeil dans la grande salle des fêtes... Les corps alcoolisés dormaient sur un sol poisseux où s'était mêlé alcool, liquide gastrique, urine et sécrétion séminale... Il pensa furtivement aux mousses qui briquerait le navire dans quelques heures... puis continua son chemin.


- Capitaine sur la passerelle !

- Repos, alors quel est ce navire ?

- C'est un chalutier apatride, probablement des communautés sans Etat installées dans l'archipel nautienne. Il semble avoir une avarie moteur.

- Très bien. Appliquer le protocole. En silence, pas de canon... La Mer Océane grouille de navire... Je me recouche.

Quelques minutes après, une embarcation pneumatique volé à la Croix Verte pryanne, dont elle arborait encore les symboles, s'élança en direction du chalutier... les pirates montèrent à bord sans attendre d'invitation...

- Mais, mais... que faîtes-v....

Plouf... Il en fut ainsi pour les 5 marins-pêcheurs...

Les flibustiers, après avoir consciencieusement chargé le poisson, les rations, les effets personnels, et les équipements de valeurs dans leur pneumatique, descendirent dans la cale et percèrent des trous en une dizaine d'endroit bien choisit sur la coque en bois, à l'aide des pioches qui avait servit à tuer l'équipage. L'eau gagna rapidement l'espace et tout le monde repartit à bord du Souverain.

Le Cambusier-chef et ses assistants firent l'inventaire du butin et allèrent le stocker. Puis les lumières s’éteignirent et le Souverain fut de nouveau plongé dans les ténèbres.

La route se poursuit sans encombre en direction de Lusance...



avatar
William Z. Pearl

Messages : 168
Date d'inscription : 06/02/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Arrivée de William Z. Pearl

Message  Frédéric Ier de Lusance le Dim 10 Fév - 20:31

La réputation de Pearl le précédait largement. Avant même qu'il ne soit en vue de Port-Princier -le port de Lusance- divers agents avaient déjà alertés Frédéric de Lusance de la venue du grand pirate.

Frédéric entretenait effectivement dans chaque grand port du micromonde des agents. On en comptait à Zorkney-Harbour, Zozolulu, Zollernhafen, Krassershaven, Beneline, Treste, Gornograd etc etc.
Chacun de ces agents étaient travestis en humbles matelots écumants les tavernes fréquentés par les soldats autochtones et s'y montraient toujours généreux quand l'on en venait aux tournées générales. Sous l'effet de l'alcool, les agents sorabes recueillaient d'importantes informations qu'ils faisaient suivre jusqu'à Lusance. Ce magnifique appareil de renseignements avait grandement contribué à développer à l'échelle étatique la piraterie. Un dicton sorabe disait " Lusance voit tout"
En effet, le Prince-Amiral avait ainsi bien souvent un coup d'avance sur l'adversaire qui avançait en tâtons. Ce système de surveillance informel avait permis au foyer pirate de Sorabe de survivre et de se développer, alors que la piraterie passait aux yeux des micromondiens comme suranné et vestige d'une époque passée.

Aussi, Frédéric savait que le Pearl venait vers la Sorabe. Il n'en était point satisfait. Ce n'était pas un simple marin qui venait ici, ni même un bon capitaine désireux de servir la Principauté et son maitre, mais un très grand capitaine susceptible de lui faire de l'ombre.

Contrairement à la majorité des sorabes, Frédéric avait lu, et beaucoup. Il connaissait les exploits de Pearl, il savait qu'il amenait un navire que la Sorabe ne pouvait pas s'offrir.
Assurément, Pearl connaissait aussi Frédéric de Lusance. Ce dernier clamait haut et fort qu'il était le plus grand marin et le plus grand pirate de son temps. En mer, on avait vu de modestes pirates s'écarter de la voie des navires flanqués de l'étendard de Sorabe. Aussi, il revendiquait une certaine autorité, au moins nominale sur les autres pirates. Du moins, c'était là le point de vue de la famille de Lusance. Bien des Grands Capitaines de l'ile se plaisait à jouer de leur indépendance, néanmoins il était convenu que le Prince des Pirates, le Prince de Sorabe l'emportait en dignité sur tous les autres corsaires de la mer..

Comment la rencontre entre les deux grands capitaines de ce temps allait-elle se dérouler ? Pearl viendrait-il en vassal ou en rival ?
avatar
Frédéric Ier de Lusance

Messages : 65
Date d'inscription : 01/10/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Arrivée de William Z. Pearl

Message  William Z. Pearl le Lun 11 Fév - 23:15

Le Capitaine Pearl était confortablement installé dans un majestueux fauteuil en poil de chèvre originaire de Maurésie. Son bureau était un meuble en bois xylopersien, sur lequel il était en train de rédiger une lettre au Prince-Amiral Frédéric Ier.

Par moment, il regardait autour de lui, embrassant l'espace de 25 coudées carrées que constituait son bureau, attenant à une suite personnelle de 40 coudées carrées supplémentaires. Il contemplait les nombreux tableau de maître et les objets divers qui ornaient les murs et les étagères de la pièce. Mais ce qui était le plus frappant dans l'antre du Capitaine, c'était les livres... Il y en avait des centaines. Il s’agissait d'atlas et livres de géographie, de relevés cartographique, de manuels d'Histoire, d'héraldique, de vexillologie, de phaléristique, de numismatique, de sciences, d'économie, de traités de médecine et de chirurgie, de guides militaires, de catalogues d'armes, etc, mais aussi de quelques romans.

Il termina sa lettre au moment au son second vient à lui. Le Lieutenant Jørgen Jørgensen était un scanthélo-noordzeelandais, un des meilleurs marins que le nord du micromonde est donné. Il était un brillant navigateur et fut second sur un navire noordzeelandais qui s'échoua en Micrarctique. Jørgensen avait averti le Capitaine que la route était mauvaise, mais celui-ci, jaloux des compétences de son second, ne l'écouta pas... Le Souverain volant passait par là et secouru l'équipage dont une petite partie choisit de jurer allégeance à Pearl, la majeure partie choisissant par conséquent, la mort. Le second du porte-avion pirate avait perdu la vie au cours d'un abordage un mois auparavant. Jørgensen, qui avait choisit la vie, fut mis à l'essai et investi de cette charge après quelques semaine. Pearl ne regretta jamais son choix et c'était fait un véritable ami de son lieutenant.


- Capitaine, on arrive à Lusance

- Très bien, demandez pour le principe l'autorisation d'accoster. Et vous ferez porter ceci au Prince.

- Bien


Le transmetteur alluma son émetteur et envoya par onde courte à la capitainerie de Port-Princier ce message avec l'aplomb qui à un pirate du "Souverain volant"

- Souverain volant à Port-Princier, Souverain volant à Port-Princier. Sommes navire pirate avec intention amicale. Annonçons notre accostage imminent. Ici Souverain volant, navire du Capitaine Pearl, allons accoster. Indiquez-nous un numéro de quai. Parlez Port-Princier.

La radio crachota une demande d'attente d'autorisation en mer de la part de la capitainerie. Le transmetteur du porte-avions répéta son annonce et le maître de manœuvre donna ses premiers ordres afin de préparer le navire gigantesque à l’amarrage. En remarquant les opérations du Souverain, la capitainerie fini par balancer un numéro de quai.

- Merci Port-Princier.

Les manoeuvres prirent du temps car le port de Lusance était peu adapté à un porte-avion de 222 coudées. Mais aussi parce que le maître de manœuvre prenait garde à ne pas abîmer les quais, les jetées et les autres navires du port. Ce qui n'était pas l'habitude du Souverain, qui était plutôt familier du fait de se faire de la place pour accoster en coulant quelques navires encombrant et en détruisant des pontons de bois.

Une fois à quai, des hommes en armes de la Principauté attendaient que quelqu'un descende de ce mastodonte des mers. Ils avaient deux mots à dire quant à la façon qu'avait eu le navire de forcer la main aux autorités du port. La passerelle fut déployée et c'est le Lieutenant Jørgensen qui descendit en premier. Au bastingage du Souverain, c'était des centaines d'hommes qui assistaient à la scène.

Le comité d'accueil n'eu pas le temps de dire un mot...


- Mes hommages, Messieurs. Lieutenant Jørgen Jørgensen, Commandant en Second du "Souverain volant", porte-avion pirate du Capitaine William Z. Pearl. Nous sommes 700 hommes et nous demandons asile. Voici un courrier de la main de notre Capitaine à remettre au Prince-Amiral.

- Euh, bien. Alors, euh... Je vous demandrais de ne pas quitter le domaine portuaire pour le moment.

- Comme il vous plaira. Ah aussi, nous avons un présent pour les hommes du Port. Mon équipage va débarqué 2000 litres de vrodka, krassbier, vin d'Angmar, et autres alcools du micromonde entier ! Faîtes-vous plaisir !

Le courrier fut transmit rapidement au palais du Prince Frédéric Ier.




Capitaine William Zachary Pearl,
Commandant du "Souverain volant",

A

Son Altesse Princière Frédéric Ier de Lusance,
Prince-Amiral de Sorabe,


Votre Altesse,

Par la présente, je tiens à vous signifier mon accostage ce jour à Port-Princier. Je tiens également à vous rendre hommage et à saluer votre action en faveur de nos valeurs et de nos frères pirates à travers le Micromonde qui trouve en Votre principauté un refuge mérité.

Aussi, après de longues réflexions avec mes hommes et mes officiers, j'ai décidé que le Souverain volant aurait un port d'attache et que mon équipage aurait une patrie. Respectivement Port-Princier et Sorabe.

Je vous demande donc l'asile, pour moi et mes hommes, ainsi que la possibilité pour chacun de nous de jouir de nos richesses sur le territoire de la principauté.

J'entends en contrepartie vous offrir les services de mes hommes et de mon navire.
Le Souverain volant est certes un navire libre par essence et qui le resta, mais je serais fier d'y faire battre le pavillon sorabe en dessous de mon pavillon.

Je me tiens à votre disposition pour une éventuelle rencontre.

Je vous prie de croire, Votre Altesse, en ma profonde considération,

William Z. Pearl












avatar
William Z. Pearl

Messages : 168
Date d'inscription : 06/02/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Arrivée de William Z. Pearl

Message  Frédéric Ier de Lusance le Mar 12 Fév - 19:02

- La gloire de Lusance a bien grandi, ils s'y soumettent tous sans rechigner désormais ...

Frédéric savait écrire, cependant sa graphie était si brouillonne qu'il dicta sa réponse à une jeune femme qui faisait autant office de secrétaire que d'amante.




Son Altesse Princière Frédéric de Lusance,
Prince-Amiral de Sorabe et seigneur de Lusance
A
Capitaine William Zachary Pearl,
Commandant du "Souverain volant",

Capitaine,

J'ai reçu votre lettre et je vous remercie des choses honnêtes que vous m'avez dites. Comme le veut l'antique coutume sorabe, je consent à vous prendre ainsi que vos hommes sous ma bienveillante protection et vous saluerais désormais de camarade.

Néanmoins en tant que capitaine, vous êtes convoqués en mon Palais-Mitau pour me faire allégeance. Je vous confirmerais votre grade, vos droits et ma protection. En contrepartie, vous vous engagerez à une complète fidélité envers ma personne et ma Couronne. Vous serez également comme tout capitaine contraint de reverser un quart de vos butins au Trésor pour vos futurs prises. A l'issue de quoi, je vous remettrais votre pavillon sorabe.

Recevez, Capitaine, mes sincères salutations, et soyez certains de ma hâte de vous rencontrer.

Frédéric.

Reprenant à l'attention de la jeune femme, le Prince commenta.

- Voilà qui ne me mouille pas trop. Pourquoi tous ces coquins se sentent-ils toujours obligés d'abreuver jusqu'à plus soif mes gaillards ? Ah, quand mon État sera plus fort, j'éditerais un monopole sur les alcools, et avec l'argent gagné, je vous construirais un Palais où je pourrais me glisser en tout temps afin de tâter votre jolie dunette !





avatar
Frédéric Ier de Lusance

Messages : 65
Date d'inscription : 01/10/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Arrivée de William Z. Pearl

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum